Aujourd’hui la chlordécone se retrouve principalement dans les zones qui étaient cultivées en banane entre 1972 et 1993 c’est-à-dire entre Petit-Bourg et Vieux-Habitants. Elle a été utilisée dans une moindre mesure sur d’autres communes de la Guadeloupe.

On sait que des usages dérivés ont pu avoir lieu sur d’autres types de cultures (maraîchères et agrumes notamment). Aussi, les transports de terre contaminée peuvent contribuer à la dissémination de la pollution sur le territoire. Même si la chlordécone est persistante à l’endroit où elle a été épandue, la pollution se diffuse par infiltration dans les rivières puis dans la mer.

Risques et réglementations

Toutes les terres de la Guadeloupe n’ont pas été analysées.  Il existe donc plusieurs cartes pour s’informer sur la pollution : celle des sols réellement analysés mise à jour chaque année par les services de la DAAF et disponible sur le site internet Karugéo, celles qui indiquent les zones à risque sur terre et en mer et enfin celles qui concernent la réglementation.

La carte ci-dessus vous permet de visualiser les zones à risques et la réglementation en rivière et en mer.

Pour en savoir plus :