Une pollution de la rivière à la mer

L’eau polluée des rivières s’écoule dans la mer. On observe une concentration de chlordécone dans la mer plus importante aux embouchures des rivières contaminées qu’au large.

La pêche en Guadeloupe

En Guadeloupe, la pêche est une activité traditionnelle importante. Elle fait partie des pratiques culturelles et représente un marqueur identitaire, même si les petites embarcations disparaissent au profit de plus grandes, l’activité reste essentiellement artisanale.

On compte plus de 1600 pêcheurs professionnels et 580 navires actifs (Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins des îles de Guadeloupe)

Il existe un lien étroit entre l’équilibre naturel et l’activité de pêche. Les pêcheurs sont particulièrement impactés par les différentes pollutions. De plus, ils constatent la diminution des ressources (poissons, crustacés, etc.). Ces éléments sont autant de contraintes auxquels ils doivent faire face.

Teneur en Chlordécone des produits de la pêche

En 2018 pour les résultats des analyses menées dans le cadre des plans de surveillance et de contrôle des denrées alimentaires des services de la DAAF et de la DIECCTE révèlent pour les produits de la pêche :

  • un taux de conformité de 100 % pour les produits de la pêche au large sur DCP (daurade, thon…) ou issus de la pêche côtière dans les communes ne bordant pas les zones d’interdiction de pêche ;
  • un taux de conformité de 72,7 % pour les produits de la pêche côtière dans les communes bordant les zones d’interdiction de pêche (de Pointe-à-Pitre à Vieux-Habitants).

3 produits sur 10 en moyenne

Les produits de la pêche côtière, poissons, crustacés, mollusques, oursins montrent encore des taux importants de chlordécone, notamment les langoustes, sur certains étals et marchés du sud de la Basse-Terre.

Malgré l’instauration de zones d’interdiction de pêche, encore près de 3 produits de la pêche sur 10 en moyenne, pêchés localement et vendus sur ces marchés, demeurent non conformes.

Les données recueillies montrent que ces non conformités ne concernent que les espèces côtières et d’estuaire, et non les poissons pêchés au large sur le dispositifs de concentration de poissons (DCP), comme le thon à nageoires jaunes, la daurade ou le marlin.

En savoir plus

Un macaron pour plus de traçabilité !

Organisation des pêcheurs

Le CRPMEM-IG soutenu par la Direction de la mer et la Préfecture de Guadeloupe, a mis en place un macaron d’identification des marins-pêcheurs professionnels. Les navires de pêche sont désormais identifiables à l’aide de « macarons » (tribord et bâbord) autocollant, annuel, reprenant le nom et le numéro du navire. Dans la charte qualité signée par le marin-pêcheur professionnel, il s’engage à mettre en évidence ce macaron sur le point de vente de sa production.

Consulter la charte

E vou ka ou ka di ?

Vous souhaitez avoir plus d’informations ? Participez à la construction de la page « mer » en faisant part de vos questions ! Sé grèn diri ka fè sak diri !
C'est parti !

Paroles de pêcheurs